les nouvelles de la semaine du 3 au 9 novembre, le 2(!), le 5, le 8,......

Sommaire

Un écho logique

ça rouspète

Tant qu'à rouspéter

Le petit journal du Vigan (suite)

Eh, Pardi !

Ah! glisser ...

Du lit vrai au lit vide

 

 

 

Un echo logique

 

Dans le cadre de la programmation 2008 du château d'Assas, le Conseil Général du Gard propose des rencontres sur  l'architecture, le patrimoine et le paysage.

Ce cycle a débuté par une exposition sur Edmond Leenhardt.

Une deuxième rencontre est organisée le jeudi 13 novembre 2008 à 18h. Elle aura pour thème « les enjeux de l'habitat écologique en Cévennes ».

Un atelier-débat sollicitant la participation active du public sera animé par Sandrine Bouyou-Cendrier, conseillère en gestion environnementale des bâtiments et animatrice de l'association Hameaux durables en Cévennes basée à Florac.

 

ça rouspète

Il est toujours délicat de donner des extraits d'un texte  en essayant de ne pas en dénaturer le sens. Pari tenu. Voici donc un texte adressé au Président du Conseil Général

 

            Lettre à Damien ALARY Président socialiste

du Conseil général du Gard

Vendredi 24 octobre, j'ai assisté à la séance publique de l'Assemblée départementale qui se déroulait à Bagnols sur Cèze.

Vos amis du groupe socialiste et les conseillers généraux de droite présents ont voté dans un même cœur la confirmation de procéder à un appel d'offres pour l'accueil et l'accompagnement des RMIstes du Gard. Ce « marché » puisque c'est ainsi que vous le qualifiez  représente la somme de 4,8 millions d'euros.

Cette décision a heurté de très nombreux militants associatifs, les femmes et les hommes de gauche.

Comment peut on qualifier ce travail de solidarité, d'aide, de contacts humains de marché ?

 Par contre vos amis du groupe socialiste du Conseil général ont avancé deux arguments pour justifier leur vote.

-      Le code des marchés publics

-     Protéger le président du Conseil général

Sur le premier point, …. comment pouvez-vous justifier de mettre en concurrence entre elles des associations composés d'élus bénévoles, qui n'ont aucun but lucratif ? Comment mettre en concurrence des associations et des organismes privés dont certains sont des filiales de multinationales ?

…..

Venons-en au deuxième argument « Protégez le Président ». Monsieur Dumas qui présidait la séance en votre absence nous a rappelé que le président pouvait s'exposer à des poursuites judiciaires s'il ne respectait pas le code des marchés publics. Certes, cela est vrai les principes de ce code sont : liberté d'accès aux marchés publics, égalité de traitement des candidats, contrôle de l'usage des deniers publics par les procédures mises en œuvre : publicité des offres, mise en concurrence des fournisseurs, transparence des choix effectués. Si on suit cette logique comment doit-on interpréter les déclarations suivantes :

-      Monsieur Pons, conseiller général chargé de l'insertion a indiqué aux associations d'insertion qu'il a rencontré que ce marché ne changerait rien, que nous nous retrouverions les mêmes partenaires associatifs à l'issue de la procédure

-      Monsieur Dumas le 24 octobre déclarait dans le débat devant l'Assemblée départementale « vous serez surpris car nous retrouverons les mêmes « 

-      Monsieur Portalés pour ne pas être en reste a lui aussi ajouté en reprenant l'exemple des associations gérant les mises sous tutelle que l'on retrouverait aussi les  2 mêmes organismes dans le cadre de la loi des marchés.

-      Même Monsieur Vacaris a déclaré benoitement qu'il ne voyait pas pourquoi l'association qui officie actuellement dans son canton dans le domaine de l'insertion ne serait pas à nouveau choisie

Ces déclarations démontrent que nous ne sommes plus dans une vraie mise en concurrence. N'importe quel citoyen, association ou organisme privé pourrait vous accuser de favoritisme et saisir le Tribunal Administratif.

………

Mr le Président, je ne doute pas de votre courage politique, et de votre capacité d'écoute, une décision de sagesse s'impose : faites arrêter cette procédure d'appel d'offre qui déshonore les valeurs de la gauche

Reczvez ...

  

Signé :TRUDDAIU PIETRO militant associatif dans l'insertion

 

Bien entendu, nous laissons ce texte à l'appréciation de chacun, sans perdre de vue qu'apparemment l'engagement financier serait de près de 5 millions d'euros ce qui est à l'image de la situation sociale du Gard.

 

 

Tant qu' à rouspéter

Cette fois, c'est Jean Boulet, Maire d'Aulas et Vice Président de la CDC qui est interpelé !


"Lettre ouverte au Maire d'Aulas à propos du Peyron.

Cher Jean Boulet,

Vous avez demandé à ma femme …… de faire partie du conseil d'administration de LAVIS (association viganaise d'insertion sociale). puis vous l'avez sollicitée pour siéger à vos côtés au conseil municipal.

Je pensais que vous aviez à cœur, ce faisant, de soutenir l'activité du centre d'aide aux handicapés psychiques du Peyron et de maintenir l'activité du plus gros pourvoyeur d'emplois de la commune.

…..

De fait, le centre fait le plein de nouveaux pensionnaires, même hors saison et avant d'avoir délocalisé à Nîmes toutes ses autres activités.

Ces nouveaux malades, qui viennent souvent de fort loin, ont l'air dans l'ensemble, satisfaits de l'accueil et des activités qui leur sont proposés à Aulas.

………..

La commune devrait aider et soutenir ce projet social généreux et pourvoyeur d'emplois.

…………..le dernier article que vous avez suscité dans le Midi Libre, témoigne malheureusement. « Qu'ils s'en aillent » disiez-vous au journaliste……. Vous savez très bien qu'il est hors de propos de rompre le bail qui lie l'AVIS et la commune alors que le nouveau projet est à peine engagé et que sa viabilité financière n'est pas acquise. Vous savez aussi parfaitement que si le centre ferme vous n'y installerez pas de sitôt une activité créatrice de quinze emplois à l'année.

Alors soyez digne du Jean Boulet que je connais et estime. Ne vous engagez pas dans une guérilla médiocre qui ne peut que faire capoter un projet intelligent, novateur et généreux, Apportez lui au contraire votre soutien efficace et votre sympathie. Bien cordialement


André Scobeltzine

Architecte et professeur à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Montpellier"

Texte à l'appréciation de chacun et droit de réponse ga

 

 

ranti., 

(suite)

Devinette : De quoi s'agit-t-il ? 650 membres, 80 ateliers, 26 emplois, quelques bénévoles, un brin de culture (?), un soupçon d'animation (?). Réponse dans le prochain numéro du Petit Journal du Vigan (manque de place dans le n°2 sans doute). Pour un indice supplémentaire, voir le Président !

On continuera plus bas ...

Eh, Pardi !

 

Je ne résiste pas au plaisir de reproduire un commentaire du bulletin n°8 de cette association à propos de la commission extramunicipale « Développement durable »:

 

« J.M.Miss remercie les participants et confie la rédaction du compte rendu de la réunion à André-Charles. Sacré Eccehomo, le voilà mouillé. Ou comment se mettre un vieux (NDLR : difficile d'échapper aux vieux relents de jeunisme !) reboussier « in the pocket ». Bien vu ! » (Signé : Ph.L)

 

 

Code de la route : Attention danger ! Couple de vieux reboussiers cévenols

 

 

A propos, c'est quoi reboussier ?

 

Reboussier : (réf : Etymologie occitane sur internet)"Ce phénomène culturel original est-il lié à l'histoire de ce peuple « nîmois » que l'on définit comme « reboussier »? Incontestablement. Et l'écrivain d'origine nîmoise Jean Paulhan l'a parfaitement exprimé. « Reboussier », cela veut dire toujours prêt à prendre le parti du contraire, le parti du refus, parce que le Nîmois est viscéralement attaché à son libre choix et à son libre arbitre."

 

A ce prix là, je veux bien être Nîmois d'honneur ! Ah ! le libre choix et le libre arbitre ! Dommage, il manque la liberté absolue de conscience …

 

Mais revenons à nos pardisans du « poil à gratter habituel ». Rien à redire tant que ça ne se traduit pas par de la pardisinformation.

 

En effet, voici ce que j'écrivais sur le blog en tête du compte rendu (voir semaine du 3 au 9 octobre) :

 

« Cette commission extra-municipale a été ouverte à 18 h . Anecdote : je vis arriver J.M. Miss "avec ses gros sabots"  quand il me demanda si j'acceptai de servir de "secrétaire de séance " et de rédiger le compte rendu de la réunion pour diffusion ultérieure à tous les participants. Inutile de préciser que cela sous-entendait que je le diffuserai intégralement aussi sur le blog en y ajoutant hors texte mes commentaires. Ainsi fut fait. La rédaction terminée, je l'ai envoyée à J.M.Miss pour compléments et précisions éventuels. Aucune censure en retour, simplement des ajouts techniques ou administratifs justifiés. Dont acte. Je ne suis inféodé à personne ! »

 

Reboussier, voilà un terme qui revient à la mode puisque à en croire l'article intitulé « Gard durable » signé F.L.,  le Président du Conseil Général est venu le 24 septembre « chez les réboussiers » sachant d'ailleurs que « les vrais réboussiers, eux, étaient absents », vrais réboussiers dont la signataire ne fait pas partie puisqu'elle était présente !

 

 

 

Reboussiers, mes frères, unissons-nous et puisque « le Vigan, c'est la glasnost » (bien vu, côté récupération élogieuse) ; il ne nous reste plus qu'à localiser le tsar et à se le mettre « in the pocket » sans se mouiller…le gosier ! Bien bu !

 

« Le terme de "glasnost" remonte au règne du tsar Nicolas 1er au milieu du 19e siècle. Il fait alors référence à "un échange d'opinions au sein de la bureaucratie sur les transformations économiques et sociales voulues par le pays ».(source internet, le guichet du savoir)

 

Ah ! glisser dans la piscine !

Ce mercredi 6 novembre, une conférence (une soixantaine de participants), ma foi, fort intéressante sur le problème des piscines publiques. Stéphane Chatenay, directeur d'une piscine de ce type, exposa l'ensemble des problèmes posés par ce genre d'équipement (projection à l'appui) de la construction à l'exploitation détaillant les arguments positifs et négatifs. Nous reviendrons plus longuement sur le sujet grâce au dossier qui va nous être fourni.

 

           Du lit vrai au lit vide

 

     

 

Vendredi 24 octobre, le Conseil d'Aministration de l'hôpital présidé (c'est statutaire) par le Maire du Vigan s'est réuni et a décidé la mutalisation des lits sur le plan départemental.

 

D'aucuns s'inquiètent fort en ce qui concerne les conséquences de cette décision. Ont-ils raison ou tort ? L'avenir nous le dira.

 

Que craignent-ils ? La perte de lits partis sous d'autres cieux gardois et même plus puisqu'ils estiment que la structure médicalisée, qui est en cours de finition à Montdardier.  (coût 1 500 000 €), reste un bâtiment neuf ...vide ! Dans le milieu médical libéral viganais, il semble que règne la même inquiétude ... voire opposition.

 

Les plus pessimistes prédisent même la mort de l'hôpital !

 

 

 

Je ne voudrais pas jouer les cassandres mais j'entends comme un bruit dans la pampa vigano-caussenarde !

 

On va changer de sujet. En voiture pour le Critérium.

 

Concentration

 

la suite cet après midi

 

 

à suivre le problème de la taxe professionnelle, l'opération grand site de Navacelles, le petit journal, etc

je suis à la bourre ! la suite sur la semaine du 10 au 16



02/11/2008
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres