A chacun sa griffe (14 mai)

La lettre  de l'adjointe à la Kulture n'est pas restée sans  réponse du destinataire et de son équipe.


Actuellement, on parle beaucoup de "couac" dans l'actualité quotidienne. La Mairie vient d'inscrire un premier couac à son palmarès. Souhaitons qu'il reste un exemple (à ne pas suivre).










Association « Le Vigan Animation »

Hôtel de Ville

30120 LE VIGAN

,

Monsieur Eric DOULCIER

Maire du Vigan

Hôtel de Ville 30120 LE VIGAN

 

Le Vigan, le (cachet de la poste)

 

Monsieur le Maire,

 
 

Nous vous accusons bonne réception de votre courrier en date du 18 avril 2008.

 

Toutefois, au nom de l'association que j'ai le plaisir et l'honneur de présider, je me dois de vous répondre.

 

Nous avons été quelque peu surpris des termes utilisés comme «politique culturelle cohérente qui puisse s'inscrire dans la durée, en rayonnant au-delà des murs de notre ville». En effet, nous n'avons pas eu le sentiment d'une incohérence dans la programmation des animations que nous avons proposées aux Viganais, lors des « Nocturnes du Griffe » des années précédentes.

 

D'autre part, votre courrier mentionne le souhait de « monter un projet d'animations global et cohérent (fête de la musique, concerts d'été et animation des marchés de nuit) », je tiens cependant à vous rappeler que notre association, uniquement composée de bénévoles, ne s'est occupée que d'animer les marchés de nuit, et ce avec un budget restreint, et d'organiser 5 concerts en juillet et août.

 

Que ce soit en 2006 ou en 2007, pour les concerts des « Nocturnes du Griffe » nous avons fait appel à des professionnels du spectacle, afin que la qualité des prestations soit au rendez­vous, pour la satisfaction d'un large public de Viganais et de touristes de passage. But qui, nous semble atteint puisque chaque soirée a connu un franc succès tant au niveau de la participation du public, qu'au niveau du remplissage des terrasse de cafés et restaurants, les soirs des concerts.

 

Il nous semble que notre association a essayé de faire au mieux en fonction des moyens qui lui étaient offerts. La diversité et la renommée des artistes qui se sont succédé, témoignent de l'intérêt que nous avons manifesté pour animer la période estivale du Vigan. Sur 2 années (2006 et 2007), nous avons proposé des animations résolument populaires et qui ont permis à la population viganaise, très diverse dans ses choix culturels, de bénéficier de 5 soirées concerts gratuits, en cceur de ville. Les Viganais attendaient, cette sortie du vendredi soir avec enthousiasme.

 

Aujourd'hui, le rejet sans appel de notre action basée sur le bénévolat, nous a été signifié par une simple lettre, comme une fin de non recevoir. Il nous semble que votre souhait d'une nouvelle orientation, et d'une nouvelle tonalité au travers d'une collaboration avec des professionnels est avéré. Nous aurions toutefois, aimé recevoir cette information oralement, lors d'un rendez-vous, qui aurait permis une meilleure compréhension de notre part quant à l'exclusion impersonnelle que nous venons de subir. L'ancienne municipalité, avait au moins cette correction envers des personnes qui s'impliquent bénévolement, certaines depuis trente années, dans la vie de notre cité, avec le soutien des municipalités successives et de vous-­même, Monsieur le Maire, lorsque vous présidiez l'Office de Tourisme associatif.

 
Nous avons le sentiment désagréable que les festivités deviennent le pré carré d'un groupe restreint qui serait plus soucieux de ses propres préférences que de celui de répondre à la diversité d'une population aux multiples goûts. Nous souhaitons donc que la raison reprenne ses droits et que la diversité culturelle du Pays Viganais en général et du Vigan en particulier puisse s'exprimer totalement.

 
Je vous prie d'agréer, Monsieur le Maire, l'expression de mes salutations distinguées.

 
Le Président et son équipe.



Basta ! Au placard ces chorales, ces groupes vocaux, ces musiciens, ces chanteurs et ces chanteuses, ces conteurs qui bénévolement se produisent chacun dans son style pour satisfaire tous les goûts ou qui vont de maisons de retraite en maisons de retraite distraire les pensionnaires.

Fi de ces amateurs et de ces bénévoles qui apportent un peu de bonheur pendant que d'autres tout aussi bénévoles s'ingénient à faire travailler des "professionnels" qui courent le cachet parce qu'ils ne disposent pas du soutien des grandes maisons de production ou parce que leur répertoire n'est pas au goût des "bobos bling bling".

Mon propos est outrancier ? J'en doute.

La morale de cette histoire est qu'à chacun sa croix ! Comprenne qui voudra !







14/05/2008
17 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres