Terrain glissant par temps de pluie (26mai)

 

Titre dans le Midi Libre du 23 mai




Il parait que l'ensemble n'est pas waterproof ... ça va finir par faire waterplouf !


REACTIONS

Jean-Marc Chatelard, ex vice-président aux finances, maire de mars, délégué communautaire. «Vous voulez suivre le sous-préfet mais ce n'est pas à lui à décider pour la collectivité. Le bureau d'étude payé par un crédit d'État n'est pas resté dans les locaux plus longtemps que nous. Voilà le sérieux de cette étude. Nous avons respecté la procédure. Il n'y a pas illégalité mais simplement vice de forme car nous avons voté le budget sans y inscrire le prêt pour l'acquisition des locaux de la What's. »

Eric Doulcier, maire du Vigan, délégué communautaire.

« Oublions les misères que nous fait la sous-préfecture et allons au plus vite. Aux conseillers généraux de la communauté de communes d'aller chercher l'argent où il se trouve. »

Roland Canayer, président de la communauté de communes du Pays viganais et conseiller général. «Nous avons trois possibilités nous votons pour acheter sans savoir qui va venir occuper les locaux; nous attendons d'asseoir le projet et nous renégocions son prix; nous abandonnons l'idée. »

 

Jacques Panafieu, maire d'Avèze et délégué communautaire. « Nous allons devoir notifier les futurs locataires qu'ils s'installeront en zone inondable... »

Jean-Luc Sauvaire, délégué communautaire de Mars. « Etant en zone R2, il va falloir revoir le prix à la baisse avec le propriétaire. »

 

Jean-François Dromel, délégué communautaire d'Aumessas.

« On a parlé de 60 emplois potentiels sur le site. Si on l'achète et que l'on considère le coût des travaux, 7 M€, cela équivaut à investir 115 000 € dans chaque emploi. Est-ce bien réaliste ? »

 

Alain Journet, créateur de la communauté de communes et sénateur du Gard. « Sans parler du prix, ça n'était pas au Crédit agricole qu'if fallait négocier un prêt, mais à Paris chez Natexis. Avec ce qu'ils ont fait à notre bassin d'emploi en choisissant de délocaliser Well, ils auraient certainement offert un taux plus intéressant ne serait-ce que pour redorer leur blason. »





Conclusion


Si la sous-préfecture arrête de faire des misères aux uns et aux autres,

Si il est signifié aux futurs locataires qu'ils sont en zone inondable

Si on négocie un prêt auprès de Natexis

Si on veut investir 115 000 € par emploi supposé

Si le vendeur baisse son prix

Si les conseillers généraux veulent bien se remuer le train

alors il ya trois solutions :

on achète, on attend ou on abandonne

quand je dis on,  je devrais dire "nous" les paysviganaisiens !



26/05/2008
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres