Conte cévenol (16 juillet)

 
 

Il était une fois, dans les Cévennes un château digne de tous les contes de fées tels qu'on les racontait le soir à la veillée dans les vallées cévenoles.

 

Dans ce château vivait une Princesse, Pelure d'Ozognon.

 

 


Elle  n'avait pas guère de passions. C'était juste une gente damoiselle qui chantait l'amour au bord de sa fenêtre car personne, en vérité, ne faisait attention à elle.

 

C'est pourquoi ce qu'elle aimait, c'était ses oignons. Chaque jour, elle allait les voir et les choyaient. C'étaient ses enfants qui, bien souvent pourtant, la faisaient à pleurer sur son sort.
Il fait dire que l'amour d'un garçon, d'un jeune homme, d'un prince pour tout dire, lui manquait...

 


Pourtant un jour, un beau prince, de bayle allure comme il se doit, s'approcha du château. Il était connu sous le nom de Chevalier Pélardon, Seigneur de la Paume de la Reinette.

 

La princesse en tomba follement amoureuse et abandonna tout pour lui consacrer sa vie, y compris les oignons qui restèrent tout seuls, pleurant sur leur sort.

 


Mais les contes de fées ont parfois une fin pathétique. Le prince se lassa d'elle et sans crier gare disparut parti sans doute faire du tourisme ailleurs.

 

Alors, la princesse s'en retourna près de ses oignons. Ils avaient tant gémi sur leur sort qu'ils avaient perdu leur amertume qui faisait pleurer la princesse et désormais ils ne furent plus que doux.

 

 

Les Cévenols en firent tout un fromage de cette histoire et c'est ainsi qu'ils lui donnèrent le nom du Chevalier Pélardon tandis que dans les pommeraies avoisinantes, on voulut aussi pérenniser cette histoire en  baptisant le fruit de leur culture « reinette ».

 

Si ne croyez pas ce conte, en cherchant bien vous rencontrerez certainement un vieux cévenol qui vous confirmera cette histoire .

 
 


15/07/2008
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres