les nouvelles de la semaine du 8 au 21décembre le 8, le11,le 12, le 14, le 18, le 19, ....

Sommaire

The men in black

Le monde des poupées

Vision vigano-politique

Le Peyron

A propos d'internet


Les joyeusetés de Noël

Du côté de la CDc


Quand c'est interdit ... c'est défendu !

DU côté du Quai

Du côté du Château d'Assas

Encore le Château d'Assas

The panneau

Pas de cadeau pour le Père Noël



The men in black ...



Est-ce bien politiquement correct ...?

Lequel a dit : "Se pencher sur son passé, c'est tomber un peu plus dans ll'oubli ..." ?


Le monde des poupées

Durant le week end, Nelly et André BOT présentaient une exposition de 250 poupées anciennes  (restaurées pour réparer l'outrage des ans) au Cantou. Initiative personnelle et qui l'est restée.

Cela méritait pourtant le détour et quelque soutien.




André BOT (04 67 82 38 02 pour les communes éventuellement intéressées)



La doyenne (bien plus de cent ans)



Finesse et beauté de la porcelaine













Vision vigano-politique



                 1                  2                 3                4
                          5                          6                          7                       8         

1-Le Nouveau Centre : Lachaud ... Yvan (député du Gard) et à Nîmes dans son coin. Le Nouveau Centre se sent triste par ici

2-Les Verts : n'ont jamais été mûrs pour trouver un écho logique au Vigan

3-La Gauche : Au Vigan, certains affirment "Ne Mélenchon pas les genres !" Créons la vraie Gauche. Ils avaient même rendez-vous mardi à Nîmes pour faire du 9

4-Le Modem : une aile à gauche, une aile à droite et n'arrive pas à s'envoler

5-Le PS : Planète sauvage, comme aurait dit Topor, on passe du Hollande Aubry et ça coule ! Au Vigan, on cherche un psy chic ... pour soigner les bobos.

6-Le PC: Au Vigan, revient dans l'arène avec un nouveau secrétaire de cellule

7- Nouveau Parti Anticapitaliste : Soyons d'accord sur tout mais prêts à rien !

8-L'UMP : Euh ? Non, elle !



Le Peyron



Des échanges peu amènes ont eu lieu concernant ce sujet y compris par voie de presse. Ce sont des choses qui arrivent. Cette institution existe depuis belle lurette et j'ai eu l'occasion de faire le point avec l'une et l'autre partie en toute convivialité. Cet « état des lieux » n' a pas pour but de susciter une quelconque polémique mais de rétablir la réalité d'une situation qu'on ne peut souhaiter qu'apaisée quelle qu'en soit l'issue.

Le hameau de Lascours

Ce hameau a été acheté par la commune d'Aulas le 11 décembre 1984 pour un montant de 600 000 F. Le financement a été assuré par un prêt de 20 ans à 6% auprès de la Caisse des Dépôts.

Les réparations du  Mas de Lascours ont été financées par deux prêts de la commune auprès de la Caisse d'Epargne Cévennes Vidourle, complété par d'autres prêts ce qui finira par représenter un montant  total  de 4 602 877 F . Les annuités de remboursement s'établissaient, de ce fait, à 547 981 F ( acquisition et travaux)

Un bail à long terme en date du 19 juillet 1989, bail de 50 ans est alors concédé par la Municipalité à l'AVIS pour un loyer annuel de 366 794 F pendant 15 ans jusqu'en 2004, correspondant au remboursement de l'emprunt . Pendant les 35 année suivantes, le loyer est concédé à titre gratuit, à charge pour le preneur (AVIS) d'assurer à ses seuls frais le clos et le couvert, les impôts, charges, taxes et contributions y afférents (estimés à 10 000 €/an). Ce bail a fait l'objet d'un avenant en date du 8 janvier 1991 pour modifier les dates d'échéance des paiements du loyer.

Un audit de 1995 souligne que  le loyer réel payé par AVIS serait de 461 391 F fait apparaître un différence de 86 590 F restant à la charge de la commune (547 987F - 461 391 F) et considère que de ce fait « des fonds publics financent une opération à caractère privé au détriment de la collectivité »

Par protocole en date du 17 mai 1996, la Commune et l'AVIS, d'un commun accord, ont ramené la somme de 86 590 € à 23142 €/an payable à la Commune par l'AVIS pendant les 35 ans restant.

En juillet 2004, un courrier de l'AVIS précise que le Conseil d'Administration dans sa séance du 16 janvier 2004 a admis le principe d'une renégociation du bail en réponse à une lettre de la Commune de juin 2004.

Le Centre du Peyron

Dans un premier temps, le Centre a été créé en tant que centre de post-cure pour des gens connaissant des difficultés existentielles. Puis les besoins réels ayant évolué, la Sécurité Sociale a souhaité une modification du fonctionnement du Centre et c'est devenu un centre de post-cure médicalisée. Puis compte tenu du coût d'exploitation, la DASS a décidé de faire procéder au transfert des malades vers un séjour de jour  à Nîmes. Aujourd'hui il reste six personnes au Peyron en attente de transfert.

Les logements de Nîmes sont des chambres thérapeutiques, le siège social de l'AVIS restant au Peyron.

Dans le même temps, l'AVIS s'est portée acquéreur en 1999 d'un immeuble « La Carabasse » à Rochebelle-Avèze comprenant 4 appartements du T1 au T5 et un garage pour un montant d'environ 680 000 F  en vue de louer ces locaux, assimilables à des logements sociaux, à des résidents (notamment du CAT).

En ce qui concerne l'AVIS

Il s'agit d'une association loi 1901 de type classique avec conseil d'administration mais dotée d'un commissaire aux comptes depuis trois ans ce qui n'est pas la règle courante en association.

Aujourd'hui

Le départ des six derniers résidents entrant dans le cadre de la post-cure médicalisée entraîne le changement d'activité du Peyron et l'Avis propose aujourd'hui des séjours de loisirs, de rupture et de répit pour des personnes handicapées psychique, éventuellement accompagnées de membres de leur famille ( week-end de répit, vacances d'une à trois semaines) avec des activités diverses (art thérapeutique, randonnées pédestres, sorties touristiques, activité cuisine). Le prix de séjour est fixé à 90 € / jour. Dan un PV du Conseil d'administration en date du 13 juin, il est écrit que « la commercialisation du Centre est satisfaisante pour juillet et août 2008 ».

La situation financière et juridique

La commune  perçoit un loyer de 23 142 € depuis trois ans conformément aux accords passés entre la Commune et AVIS.

La nouvelle activité du Peyron entre-t-elle dans le cadre prévu au bail en tant que centre de post-cure médicalisée ? Si ce n'est pas le cas, sera rend-il le bail caduque ? Un nouveau bail peut-il être envisagé entre la commune et l'AVIS ?

Dans le même temps, une offre de location a été faite à la Commune par un organisme de formation déjà installé à Alès comprenant un internat (30 lits) et souhaitant étendre son activité.

En forme de conclusion

En l'état,  la Commune demande qu'un loyer de 2 000 €/mois  soit versé par l'Avis considérant qu'il y a changement d'activité et l'AVIS conteste cette procédure.

Les deux parties se trouvent donc devant ce choix :

<!--[if !supportLists]-->-         elles trouvent un terrain d'entente compte tenu de la nouvelle activité (si elle change effectivement la finalité de l'association) et adaptent le bail actuel en conséquence<!--[endif]-->

<!--[if !supportLists]-->-         la Commune décide par tous moyens d'obtenir la dénonciation du bail<!--[endif]-->

Il ne nous appartient pas de juger, seulement de souhaiter que chacun y trouve son compte puisque les bons comptes font les bons amis.



C'est pas de moi mais je trouve ça marrant !




Malin comme un singe !



A propos d'internet



Il semble qu'il y ait une "lègère" différence d'appréciation en ce qui concerne la couverture internet du Pays Viganais entre Patrick DARLOT, Maire de Saint Bresson (voir la page antérieure consacrée à l'internet  : "wifi internet" dans le chapitre "archives") et la Communauté de commune. J'ai reçu, comme beaucoup d'autres, un document sous forme de lettre ouverte de 26 pages. Je vais essayer d'en tirer l'essentiel uniquement sur le plan technique. Si cela peut faire avancer les choses ... et mettre tout le monde d'accord !

Un peu de temps pour faire la synthèse et je complète ...

Les joyeusetés de Noël

On en parle, on n'en parle pas, faut pas en parler, peut être qu'on peut en parler, et si on en parlait, y a-t-il intérêt à en parler, en parler c'est terrain glissant, y en a que ça gonfle si on en parle, quai ce que c'est que ce problème ?




Suivez le guide : un même projet , deux dossiers (le 1 et le 2) : ça ferraille dur car chacun veut assurer son fromage en tout bien, toute odeur.

Le 1 est pris, le 2 non. Du coup, le 1 reprend le 2 et ça n'en fait plus qu'un. Ce sera sur le quai et il n'y a plus qu'à se mettre en train.  Du coup, le 2 change de voie  et tente de trouver une place, une arène  mais malgré les chèques qui assurent le coût, c'est l'échec car le cheik dit non.

Et voici que l'affaire rebondit : le 2 va mener la vie de château !  Du coup, chacun va y trouver son conte (de Noël). Ainsi vont les choses au pays des Arécomiques comme dirait ...




Du côté de Cdc


Les choses avancent. Le rapport d'audit commence à porter ses fruits. Le 22 décembre, la Communauté se réunit et devrait se prononcer sur la marche à suivre et les mesures à prendre.

La "refondation" du système devrait se traduire par des restructurations, changements d'affectation de poste, nominations-promotions, chaises musicales et, "cerise sur le gâteau", quelques surprises. Tout cela serait mis en place en janvier.

Sans dévoiler aucun secret (tout est en cours de discussion donc rien ne filtre ... c'est juré), un effort particulier devrait être entrepris en ce qui concerne la communication vis à vis de la population.

Enfin, après le 22, le document constituant les conclusions de l'audit devrait pouvoir être consulté.

Si tout cela se traduit par une efficacité dans la transparence, qui s'en plaindra ?

Le débat du 22 et le résultat des votes émis seront instructifs.



Quand c'est interdit ... c'est défendu !

Tout le monde connaît cette chaussée qui traverse les châtaigniers. Si vous arrivez du centre ville, vous voilà arrêté par un panneau "stop". Impossible d'aller plus loin !




Par contre, si vous arrivez dans l'autre sens en direction du centre, vous êtes aussi arrêté par un panneau "stop". Impossible de passer !





Conclusion : quoique que vous fassiez, si vous entrez dans la zone rouge, combien de points en moins sur votre permis de conduire ?

Une seule solution : contournez le tout en roulant sur le gazon !


Du côté du Quai

La patinoire arrive. Une surface de 150 m2 avec une capacité d'accueil de 30 personnes simultanément. Elle ouvre samedi 20 jusqu'au 4 janvier 2009 . Le prix est de 2,50 € la demi-heure.




Du côté du Château d'Assas


Une exposition de jouets anciens rassemblés par Christian Poumeyrol se déroule du 15 décembre au 15 janvier 2009 au château d'Assas. Pour cette fin d'année, le salon principal présente un ancien théâtre de Guignol lyonnais avec toutes les célèbres marionnettes parodiques. Quelques robots viennent rompre avec cette évocation du monde enfantin de la Belle Epoque.

De nombreux automates des années 1920 d'une riche fantaisie apparaissent en grande quantité 

Il s'agit de la dernière manifestation organisée par le pôle culturel du château d'Assas en 2008.






 Encore au Château d'Assas




Les jeux gonflables de l'A.C.I.A. seront  installés dans le jardin du château d'Assas. Ils seront ouverts aux enfants du 20 au 27 décembre dans la journée, avec trois hôtesses pour l'accueil et la surveillance du samedi 20 au samedi 27 décembre 2008. L'ensemble est gratuit et accessible aux enfants de moins de 9 ans.


Des "boules" numérotées comme celle-ci  et un dépliant seront remis par les commerçants et artisans participant à cette opération à leurs clients avec un jeu à la clé doté de lots.




Enfin, dimanche le Père Noël embarquera les enfants dans son traineau pour une ballade viganaise.


The panneau



Pas de cadeau pour le Père Noël




Ce matin, le Père Noël était tout aplati. Faut dire qu'au cours de la nuit la soufflerie qui le maintenait en forme avait disparu. Le reste des jeux est quand même arrivé : la tortue, le toboggan et la "boîte à rire"... et une nouvelle soufflerie.


Pendant ce temps, l'Espace Lucie Aubrac était lui aussi visité. Matériel informatique et de projection ... disparu. Conséquence : annulation de la manifestation prévue



Le Bourilhou, l'Espace Lucie Aubrac, le Château d'Assas ça commence à faire beaucoup ...







à suivre sur eccehomo2, merci



07/12/2008
31 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres