le problème des camping-cars (9 juillet)

 
ça, c'est du camping-car !
 
 
Il y a des sujets évoqués par la presse qui ont quelquefois des retombées tardives.
 
Nous sommes toujours dans le domaine du tourisme. Le 9 juin, le ML sort un article sous le titre "Le Gard cherche à faire venir les camping-cars", prêtant à Claude Rezza, directeur du comité départemental du tourisme, des propos qui lui appartiennent et notamment "On n'achète pas un camping-car à 50 briques pour séjourner dans un camping" .
 
Le 10 juin, la Fédération de l'Hôtellerie de Plein Air du Languedoc-Rooussillon adresse le courrier suivant (extraits) au journal
 

"Monsieur le Président,

 

L'article paru dans l'édition du 9 juin 2008 du journal Midi Libre (voir P.J.) et les propos de votre directeur du Comité Départemental du Tourisme du Gard, en italique dans le texte et confirmés, ont fortement choqué notre profession - ils témoignent de la part du Conseil Général et du CDT du Gard d'une méconnaissance totale de la problématique des camping­cars et de la qualité des campings du département.

 

La clientèle qui fréquente ces campings est composée, en partie de vacanciers sans grands revenus mais d'une grande qualité humaine et aussi, de vacanciers à forts revenus, professions libérales, chefs d'entreprises, ... Nous vous rappelons pour mémoire qu'il y a quelques années, le Premier Ministre néerlandais passait ses vacances dans un camping de la Cèze.

Les propos tenus par votre directeur témoignent d'un certain mépris pour notre clientèle et pour les professionnels qui l'accueillent et qui participent à l'activité économique et sociale du département dont vous avez la charge (ci-joint un document sur « les chiffres du camping »).

Nous tenons à vous avertir de notre volonté d'empêcher la création d'aires d'accueil municipales pour les camping-cars qui viendront concurrencer les efforts que fait notre profession dans ce sens. Elle se sent trahie par ses élus et, va déployer tous ses moyens avec l'aide de ses juristes, afin de vérifier la légalité de ces créations quant aux règles d'urbanisme et, au statut juridique que vous comptez leur donner. ..."

 

Cela nous amène, hors de tout jugement de valeur, à faire le point sur ce problème qui concerne l'accueil des touristes dans notre secteur géographique.
 
La technique de l'accueil des camping-cars
 
- usage d'un emplacement classique de terrain de camping avec branchement électrique, alimentation en eau, possibilité de réception télévision par satellite  ensoleillement pour ceux qui sont équipés en panneaux solaires ( en général sur le toit) et évidemment un accès routier, et aussi interne au camping, possible
 
- reste le problème de la station parking (indépendante, permettant la remise à niveau en eau, la vidange des eaux usées et des déchets des wc chimiques du camping-car, etc). Cette station parking peut être intégrée au terrain de camping ou complétement indépendante sans vosinage avec un terrain
 
L'état des lieux
 
Les terrains existants dans notre secteur sont les suivants : Saint Julien de la Nef, Le Val de l'Arre, les campings de la Tessonne, de Laparot, des Magnarelles, d'Avèze (fermé pour l'instant), de la Corconne, de Montdardier, Camprieu, L'Espérou, Tresves, Valleraugue et les camping à la ferme de Bréau et Valleraugue
Si j'en oublie, on me corrigera.
 
Peu de terrains de camping disposent d'une station parking pour l'entretien ( La Tessonne et Saint Julien de la Nef; à vérifier) et aucune commune du Pays Viganais à notre connaissance
 
Encore une fois, on me corrigera en cas d'oubli ou d'erreur
 
La réalité des faits
 
Les touristes se "logent" selon plusieurs principes :
 
- l'hôtel
- le gite
- la chambre chez l'habitant
- la tente
- la caravane
- le mobil-home
- le camping-car
 
Ce dernier moyen est en expansion dans la mesure il répond à un besoin de mobilité et de liberté. Sa clientèle semble se situer dans le deuxième âge "avancé" et le troisième âge et, compte tenu du prix des véhicules (à partir de 30 000 € et bien plus selon modèle), auprès d'une catégorie sociale plutôt aisée. C'est aussi une population qui se déplace à peu près de avril à octobre et même l'hiver en montagne (sports de neige).
 
Incontestablement, le Pays Viganais est sous-développé dans ce domaine et, logiquement, ce sont la Communauté des Communes et l'Office de Tourisme qui sont les maîtres du jeu en la matière pour une politique globale de développement ... avec l'accord évidemment des communes.
 
Cela dit, le dernier paragraphe de la lettre de la Fédération de l'Hôtellerie de Plein Air dénote, semble-t-il, un profond désaccord entre professionnels et élus.
 
Encore une affaire à suivre.
 
 
 
 
 


09/07/2008
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres